La dépendance à la cigarette

   Une telle consommation provient de la dépendance des consommateurs ainsi que les effets, le bien-etre que produit la cigarette. En 2005, 47,5% des jeunes de 17-18ans ont une consommation de cigarette déclaré. De 18 à 75 ans, la consommation de cigarette diminue à 30 %. Les filles ont une plus grande consommation que les garçons de 17 à 18 ans, mais en moyenne, de 18 à 75 ans , la majorité des fumeurs sont des hommes. A l'heure actuelle, il y a 33% de fumeurs parmis les jeunes de 15 à 16 ans.


Le dépendance des consommateurs provient de la nicotine. Cette composante du tabac agit sur le cerveau et produit un effet de plaisir, peu de temps après l première bouffée. Le fumeur se sent alors détendu et satisfait. Le cerveau en redemande alors ce qui provoque chez le fumeur un besoin régulier de reprendre une dose qui lui donnera à nouveau cette détente.

 

Ce besoin de nouvelle dose régulière est due au « pouvoir d'accrochage » ( qui est équivalent à celui de l'héroine et de la cocaine) C'est pourquoi, seul 8% des fumeurs arrivent à fumer moins de 5 cigarette par jour. Ceux qui consomment le plus, auront le plus de difficultés à arreter car ils ont une plus courte durée entre chaque cigarette. On peut diviser la dépendance en 2 groupes : La dépendance chimique et la dépendance physique.

 

Pourcentage des jeunes de 15/16ans qui consomment quotidiennement du tabac.   

 

La dépendance chimique :

La dépendance chimique nait de l'action de la nicotine sur le cerveau. Au fur et à mesure qu'une personne consomme la cigarette, celle-ci va acquérir des récepteurs spécifiques à la nicotine sur ses cellules nerveuses. Ces récepteurs sont dit : nicotiniques. La nicotine agit sur le conscient et l'inconscient de l'homme dans la mesure où en réalité les récepteurs nicotinique sont des récepteurs à l'acétylcholine ( neurotransmetteur du cerveau et des muscles dépolarisant une cellule par l'entrée de sodium et de calcium dans celle-ci). Cette dépendance est due à une sensation d'inconfort et d'un besoin de fumer afin de combler un manque qui se traduit par des tremblements, des sueurs.

 

Le plaisir apporté par la cigarette provient de l'augmentation du taux de dopamine. La dopamine, libérée lors d'un plaisir stimule l'activité des neurones. La nicotine a donc plusieurs effets chez le fumeurs. Parlons d'abord des effets positifs : la nicotine augmente la mémoire et produit un effet de relaxation chez le fumeurs mais, ces effets ne sont que éphémères.. En effet, la nicotine, substance toxique,  a aussi des effet néfastes :  dès son ingestion, le rythme cardiaque et la pression artérielle augmentent. Le manque de nicotine suite à une dépendance provoque des maux de têtes, des vertiges, des nausées...

                                     

Nous le savons, la fumée de tabac contient des centaines de substances toxiques qui, avec la nicotine, provoquent une dépendance chez le fumeur mais qui disparaît peu à peu après des années d'arrêt.

 

 

 

La dépendance psychologique : 

La première cigarette provoque en général des effets positifs comme la détente. Celle-ci n'est pas prise par dépendance mais souvent en période de stress ou simplement pour " faire comme les autres". Elle sert d'anti-dépresseur et permet au fumeur de gerer son stress, son anxiété, elle permet de se concentrer et de se stimuler. On parle de dépendance psychologique à partir du moment où le fumeur va négliger sa santé physique pour sa santé psychologique en se procurant ce plaisir encore, et toujours plus souvent. Ce plaisir est provoqué par la nicotine comme nous l'avons vu précédemment et le fumeurs, devient dépendant car il va rechercher ce plaisir dans le tabac. En effet, la dépendance psychologique est fortement liée à la dépendance chimique puisque toutes les deux sont provoquée par la nicotine.

 

 

 

 

 

La dépendance comportementale

 

 

La dépendance comportementale est un réflexe, une habitude prise par le fumeur d'allumer une cigarette dans certaines circonstances comme le plaisir de se retrouver entre amis, entre fumeurs. Dans ce cas, fumer n'est plus un besoin. La cigarette agit sur notre comportement dans la mesure où elle permet parfois aux fumeurs de se concentrer; de destresser etc. 

 

 

L'envie de fumer est liée au geste auquel on associe souvent plusieurs élements tel que le café, la cigarette ou l'alcool. Cette  dépendance gestuelle est acquise après des années de répétition au quotidien. C'est pourquoi, la plupart des médecins conseillent aux personnent souhaitant arrêter de fumer, de macher un chewing-gum et de s'occuper les mains afin d'oublier cet automatisme. C'est une vraie dépendance car arrêter de fumer signifie, changer de réflexes.

 

 

 

La dépendance provient donc des habitudes de tous les jours, et arreter de consommer devient de plus en plus difficile. C'est pourquoi, la consommtion est en constance augmentation.

 

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site